Concours A Coeurs Ouverts: "Il aura fallu tant de choses"

Ce texte a été écrit par Frédéric Perrot dans le cadre du Concours littéraire de A Coeurs Ouverts. Le principe ? Choisir une photographie - ici une image de Benjamin Decoin - parmi celles du fonds de la fondation et laisser son coeur et sa plume parler.


Les trois meilleurs textes ont été sélectionnés par le Comité d'orientation de la fondation. Le premier prix recevra un exemplaire du livre et verra son texte exposé, les 2ème et 3ème prix recevront un livre. Le texte "Il aura fallu tant de choses" a remporté le 1er prix. Bravo Frédéric !


Photographie de Benjamin Decoin


IL AURA FALLU TANT DE CHOSES


On ne sait jamais vraiment ce qui fait dérailler l’engrenage d’un couple, la discorde nait de si petits détails qu’on ne peut les percevoir à l’œil nu. C’est dans l’infiniment petit qu’on se déchire, pas dans la grandiloquence de choses trop visibles. Pour aller jusqu’à envisager la séparation, il aura fallu que le temps les polisse comme deux pierres sur un rivage, qu’ils soient devenus ronds, lisses, aussi insignifiants que les autres cailloux. Que, sans s’en rendre compte, ils n’aient plus aucune base solide sur laquelle se reposer. Il aura fallu tant de choses. Trop de disputes et trop de réconciliations, trop de certitudes, trop d’assurance. Trop d’espoir et pas assez de patience pour lui laisser le temps d’éclore. Il aura fallu qu’ils aillent jusqu’à la certitude du désastre, jusqu’à l’impossibilité d’un après, pour enfin considérer l’ailleurs. Un ailleurs chacun de son côté, chacun dans sa tristesse, un ailleurs sans l’autre, un ailleurs dépeuplé de tout ce qu’ils étaient, avec comme seuls bagages quelques souvenirs diffus. Il paraît qu’on oublie d’abord le parfum de l’autre, puis la voix, et enfin le visage. On oublie par étape, on éradique l’être aimé par sas de décompression. Bientôt, il ne subsistera peut-être d’eux qu’un vague brouillon de brume, où navigueront leurs deux fantômes enlacés. Bientôt, il n’y aura plus de retour en arrière possible, ce sera un aller simple pour une autre vie. Bientôt ils se diront des au revoir qui sonneront comme des adieux.


Ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux même, tout est de leur faute. Tout. Ils ont trop attendu, ils ont trop espéré, ils ont eu l’arrogance de tout miser sur l’avenir sans dépenser le présent. Ils ont laissé les sourires se muer en grimaces, les orgasmes en gémissements, les bonheurs en inoubliables chagrins. Tout est de leur faute, même les malchances. A trop rêver sa vie on invoque le mauvais sort, on s’attire les foudres du réel. Ils ont fait preuve de négligence, ils le comprennent désormais, ils ont fait le choix de la vie en duo comme on s’arrête sur une aire de repos, alors que c’est tout le contraire, le couple est une tempête extravagante, une bourrasque sans pareille, le plus bel éclair de l’orage. Il faut aimer le danger pour être en couple, il faut tordre le cou aux évidences, aux convictions, même les plus ancrées. Surtout les plus ancrées.


Il aura fallu toutes ces choses, et bien d’autres encore, pour qu’ils finissent par se retrouver là, sur ce ponton, à scruter cet horizon effronté, délesté de toutes ses nuances. Il aura fallu qu’ils touchent le fond pour apprécier la surface, qu’ils admettent, qu’ils acceptent, qu’ils remettent tout en question, pour finalement donner sa chance à une seconde chance. Il aura fallu tout cela pour qu’ils décident, à cet instant qui ne ressemble à aucun autre, de continuer leur vie ensemble, de ne pas s’éloigner, de ne pas abdiquer. Coûte que coûte, vaille que vaille. Pour qu’ils finissent par aimer jusqu’à leur désamour, il aura fallu tant de choses, et pourtant si peu : quelques gouttes de pluie, quelques soupçons de nuit, et puis la mer.


Frédéric Perrot



Biographie

Frédéric Perrot est scénariste et réalisateur dans un duo qui sévit sous le nom de Najar et Perrot. Touche à tout, il travaille sur de multiples formats : longs métrages, pièces de théâtre, chansons. C'est assez naturellement que cet amour des mots, nourri par sa passion du cinéma, l'a mené vers l'écriture de son premier roman Pour une heure oubliée, qui paraîtra en Janvier chez Mialet Barrault éditeurs.


Inscrivez-vous pour être informé des prochaines expositions et recevoir des invitations aux vernissages

  • Instagram - Fondation Photo4Food

Suivez-nous sur Instagram @photo4foodfondation

© 2019 - la fondation Photo & Partage (Photo4Food) - 23 quai de Conti - 75006 Paris

info@fondationphoto4food.com

mentions légales

fondation abritée par l'Institut de France

logo institut de france - 1_edited.jpg